Hierarchies: Principes
[L'Approche Hiérarchique] [EN] [RU]

Principes Fondamentaux

Pour introduire l'approche hiérarchique, on pourrait élaborer ses principes de base. Bien sûr, ce liste ne peut pas tout à fait être exhaustif ; des autres énumérations peuvent accentuer des aspects différents du même. En fait, l'idée d'un inventaire complet de catégories et principes pertinents est incompatible avec l'approche hiérarchique. Cependant, toute application pratique exige un cadre mental, et un résumé serait utile comme l'autre pour saisir l'idée générale de l'hiérarchie comme un mécanisme intrinsèque de tout développement.

Holisme

La catégorie "hiérarchie" exprime l'idée d'une chose autonome restant elle-même dans tous les contextes possibles. Bien qu'elle peut s'exposer en respectes différents, tous ces manifestations spéciales sont intrinsèquement interconnectées, étant déterminées par le même centre organisationnel, la totalité de la chose. Quoique l'interaction avec l'environnement soit nécessaire pour définir la forme de la chose et son mouvement, le développement de la chose est initié par sa dynamique intérieure, quand bien même régulée est modelée par le dehors.

Structures hiérarchiques

Toute hiérarchie manifeste des niveaux distincts, avec les niveaux plus hauts dominants en un sens sur les niveaux inférieurs ; cette distinction dépend de l'aspecte de l'hiérarchie à l'étude. Les éléments du niveau supérieur peuvent, par exemple, représenter des classes des éléments d'un niveau plus profond, ou des caractéristiques intégrales du mouvement de niveau inférieur. En tout cas, les hauts niveaux sont "construits" sur la base des niveaux en bas, et ils ne peuvent exister sans eux, même si les niveaux supérieurs contrôle apparentement les processus à niveaux subordonnés.

Systèmes hiérarchiques

A chaque instance, toute hiérarchie communique avec son environnement comme un système hiérarchique, en transformant une saisie hiérarchiquement structurée à une sortie hiérarchiquement structurée aussi. Ça suppose une hiérarchie intérieure du système formellement représentée par l'hiérarchie des états du système. Les systèmes hiérarchiques sont impossibles sans une hiérarchie de feed-back, et le fonctionnement du système est structuré hiérarchiquement par les cycles de feed-back. La distinction de structures "intérieurs" ou "extérieurs" devient donc relative, déterminée comme d'habitude par les temps caractéristiques de processus cycliques.

Divisibilité infinie

Les relations entre deux niveaux d'une hiérarchie constituent une entité spécifique qui peut être considérée comme un niveau de la même hiérarchie placée entre les deux niveaux originaux. Donc, il n'y a pas de structure finale dans une hiérarchie, parce que l'on peut toujours trouver encore un niveau entre tout pair de niveaux découverts auparavant. Ce procédé est appelé le déploiement de l'hiérarchie.

Contraction

Une collection de niveaux intermédiaires entre deux niveaux choisis de l'hiérarchie peut être traitée comme une sorte de médiatisation de la connexion entre eux. Tous les niveaux intermédiaires sont ainsi considérés comme l'organisation intérieure de la connexion qui ne définie pas les interrelations des niveaux choisis. En pliant (ou contractant) cette médiatisation, on observe les deux niveaux comme niveaux voisins. En cette façon, le nombre total de niveaux en une structure hiérarchique, ou en un système hiérarchique, peut augmenter, en nous portant à une vue plus grosse ; on suivit ainsi une logique inverse à celle du déploiement hiérarchique.

Renversement

Toute hiérarchie peut être pliée, et dépliée ensuite en une manière différente, manifestant ainsi une structure hiérarchique ou un système hiérarchique qui ne ressemble plus l'original (un autre retournement de l'hiérarchie). Par conséquent, il ne faut pas considérer aucune formation hiérarchique comme absolue et rigide ; l'hiérarchie est ainsi comprise comme l'unité de tous ses renversements possibles. La possibilité de renversement exprime la nature multi-facette de toute hiérarchie, avec transitions libres d'une aspecte de l'hiérarchique à l'autre.

Relativité de subordination

Grâce au renversement, il n'y a pas de niveau "supérieur" dans une hiérarchie, bien que chaque structure ou système hiérarchique en y ait un. Tout élément de l'hiérarchie peut aller le plus haut dans quelque structure hiérarchique et, en cette qualité, représenter toute l'hiérarchie.

Intégrité forte

Dans une hiérarchie, la distinction entre les éléments et leurs relations peut seulement s'adresser à un renversement particulier de l'hiérarchie (une structure hiérarchique), donc cette distinction n'est que relative. De même, toute distinction fonctionnelle (comme la saisie et la sortie, l'intérieur et l'extérieur) concerne un système hiérarchique particulier, un retournement particulier.

Auto-conformité

Tout composant de l'hiérarchie est aussi une hiérarchie, et li peut être déplié en la même manière que l'hiérarchie parentale. La distinction même d'une partie et le tout est donc relative, car chaque portion de l'hiérarchie peut, c'est-à-dire, la contenir entièrement ; une partie est virtuellement équivalente au tout. Autrement dit, une hiérarchie est reflétée par chacun de son éléments.

Infinité qualitative

L'hiérarchie n'implique pas un ordonnancement rigide des niveaux ; elle est plutôt une formation multidimensionnelle. Le nombre de ses dimensions est "infini", dans le même sens que le nombre de ses niveaux. Pourtant, chaque renversement de l'hiérarchie exige un ordre unidimensionnel des niveaux, et chaque niveau d'une structure ou d'un système hiérarchique est caractérisé par une dimensionnalité bien définie.


[Hiérarchies]