Hierarchies: Intro
[L'Approche Hiérarchique] [EN] [RU]

Remarques Introductoires

On vit dans le monde et on rencontre beaucoup de différentes choses ; on observe des événements de toutes sortes, en participant en multiples activités publiques et personnelles. Tout est organisé en quelque manière, et on le sent, même sans trop de souci pour régularité explicite. Cette ordination universelle des choses et faits peut être décrite de plusieurs façons. En général, on relie la diversité apparente à une communauté intrinsèque, et des termes caractérisant tous les deux sont introduits au sein de chaque activité spéciale. Finalement, on arrive aux paradigmes universels appliqués à toute activité possible. Ainsi, l'approche structurelle a résumé les réussites de la science formelle achevées avant le XX siècle. Pourtant, ses défauts sont devenus évidents dans quelques décades, et la vue systématique allait complémenter la recherche structurale, comme le développement des appareils de control automatique l'exigeait. Ici, j'avance à complémenter les approches structurelle et systématique par un encore paradigme universel, que j'ai conventionnellement nommée hiérarchie.

L'idée élémentaire s'ensuivie de l'usage commun des mots. En beaucoup de cas pratiques, les choses ne sont pas seulement interconnectées et mutuellement transformées, mais aussi distinguées par un certain niveau, comparées à des autres choses. Structures et systèmes de différent niveau peuvent coexister dans le même expérience, et les termes "structure hiérarchique" ou "système hiérarchique" sont largement utilisés pour parler de l'ordination "verticale" de ce type, en même temps que de l'autres termes (comme "gradins", "stratification", "subordination" etc.). On arrive a des idées similaires en considérant le développement, qui est d'habitude dessiné à suivre une direction des formes primitives à des formations d'un niveau plus haut. Quand même, il y a une dépendance mutuelle évidente de niveaux différents, lorsqu'ils ne peuvent être que les niveaux de quelque chose, et ils constituent ensemble une totalité. Ni l'approche structurelle, ni approche systématique ne peuvent expliquer cette sorte d'intégrité. Donc, désignons-le d'une manière ou d'autre (en particulière, comme "hiérarchie") et procédons à l'étude de ses lois universelles et implications possibles.

Bien sûr, dans ce contexte, l'hiérarchie est loin de son étymologie chrétienne d'origine, celle de l'"ordre sacré", qui remonte à la cosmologie mythologique des sociétés les plus primitives. Parce qu'on ignorait les relations entre les niveaux du cosmos ainsi imaginé, ils semblaient d'être imposés par quelque force suprême, par déité ; tout logiquement, cette subordination était par là appelé sacré, donc hiérarchie. Une idée pareille n'admet pas de liberté en interprétant les prescriptions divines, et le terme "hiérarchie" est devenu statique pour marquer plus spécialement des structures hiérarchiques, les assortiments rigides des niveaux prédéfinis avec des interrelations fixes. Cela faisait ces niveaux absolument séparés un d'autre, sans aucune change admise, et la même existence de niveaux pareils restait un mystère. Ce n'est pas étonnant que des idéologues de la classe dirigeant aient toujours utilisé une notion comme ça pour justifier l'inégalité économique et sociale.

A fin d'éviter des associations peu désirables, on pourrait trouver un autre nom, ou même introduire quelque néologisme. Il y a des exemples des exercices linguistiques de ce type dans la littérature (ex. "hétérarchies" par E. Eliseyev). Toutefois, la spécificité de l'idée est plus souvent attribuée à des autres catégories (comme "structure", "système", "intégrité", "totalité" etc.). Pour insister sur le développement objectif de tout stratification, j'utiliserais le terme "idiarchie", en provenance des mots grecs idios (son propre) et arhe (ordre, dominance) ; le tout pourrait être traduit comme "l'ordre naturel des choses". Cependant, trop de la langue artificielle peut aussi être trompeur, c'est pourquoi je retiens le vieux nom d'"hiérarchie", en enlevant la connotation mystique. Aucun mot n'est parfait, et toute compréhension exige une envie à comprendre.

Ici, je présente seulement une brève exposition de quelques aspectes de l'approche hiérarchique, sans examiner des particuliers. Une discussion plus développée a déjà été publiée ; quand même, on n'est jamais assez exhaustif à propos d'un sujet qui, par sa même nature, ne peut pas appartenir à quelque domaine limité. Hiérarchies sont partout autour de nous, mais nous sommes encore à la veille de saisir leur universalité. On ne peut l'achever que par l'activité pratique, qui récrée le monde transformant la nature en la culture. En attendant, un peu de philosophie aiderait à acquérir une cadre préliminaire de travail.

On ne doit pas inventer tout de zéro. L'approche hiérarchique continue naturellement la ligne historique de la compréhension de la complexité, et beaucoup d'allusions existent dans la littérature, à partir des inscriptions cunéiformes de Mésopotamie Ancienne jusqu'à des livres multimédia les plus récents. On pourrait le trouver étrange et même un peu affligeant, d'observer des gens qui sont incapables de saisir les idées hiérarchiques, et qui inventent, en leur lieu, des conceptualisations volumineux et maladroites pour expliquer quelque chose qui résulte naturellement de l'approche hiérarchique. On est déjà prêt pour le tout, mais les esprits ne sont pas encore assez souples pour ranger les pièces disparates. J'espère que ces pages contribueraient à l'universalité de la pensée humaine.


[Hiérarchies]