Hierarchies: Structures et Systemes
[L'Approche Hiérarchique] [EN] [RU]

Structures, Systèmes, Hiérarchies

La raison a toujours cherché l'intégrité. Une intelligence primitive voit seulement des situations infiniment diverses exigeantes des réactions adaptives. Une personne un peu plus sage va aussi distinguer des classes de réactions similaires, suivant la similarité des activités réactives. C'est comment la diversité du monde s'ouvre comme une manifestation de son intégrité.

Ici, ce n'est pas la place à considérer l'hiérarchie de l'intégrité en général. Il suffit dire que, sur un certain niveau de l'intégrité, on considère des façons possibles de joindre des entités isolées (éléments) en un tout, et il y a trois possibilités complémentaires et mutuellement opposées, ceux que nous appelons la structure, le système et l'hiérarchie. Certes, les choses réelles ne présentent jamais un cas pur d'un type particulaire de l'organisation ; on parle plutôt des aspectes structuraux, systématiques et hiérarchiques de la même chose.

Structure : la complexité intérieur de l'objet. Un objet consiste de plusieurs éléments, avec des relations entre eux ; quand un élément de la structure est immédiatement relié a un autre élément, on parle d'un lien de l'un à l'autre. Quand un élément est relié à deux autres éléments, ceux derniers deviennent reliés via leur relation commune ; un élément de la structure peut ainsi médiatiser les liens entre les autres éléments. Ces liens médiats (ou indirects) peuvent être assez complexes, en incluant des plusieurs éléments médiateurs et médiations alternatives. La totalité de tous les liens directs et indirects entre deux éléments dans une structure constitue leur connexion dans cette structure. Parce que les distinctions intérieures sont déterminées par la qualité de l'objet, la description structurelle est essentiellement statique.

Système : la complexité extérieur (apparente) de l'objet. On parle souvent du "comportement" de l'objet, ou bien de son "fonctionnement". En général, un système va saisir une partie de son environnement et sortir quelque chose, dépendant de l'état du système, qui comprit des intérieurs comme extérieurs facteurs non inclus en les chaines de la saisie et de la sortie. C'est à dire, le système est un moyen pour transformer une structure (la saisie) dans une autre (la sortie), et le mécanisme de cette transformation est déterminé par la structure du système (y compris la structure intérieure du système et la structure de son environnement). La description systématique d'un objet est dynamique, puisque des successions de ses réactions à des influences extérieures sont considérées. Des systèmes différents interconnectés deviennent les composants d'un système plus large.

Hiérarchie : les aspectes extérieurs de l'objet sont transformés en sa complexité intérieure, et inversement, l'organisation intérieure devient une distinction explicite. Réflexivité (ou même-réflexion) est la clé à la compréhension de transformations pareilles. Par exemple, un système peut changer de son environnement d'une manière qui affecte la saisie, comme en des circuits communs de feed-back. Pourtant, les portions de l'environnement qui proviennent ce feed-back peuvent être inclues en le système original, le faisant hiérarchique, avec un niveau correspondant au fonctionnement original "pur" et un niveau plus haut introduisant une sorte de "autorégulation". De même, le réarrangement des liens réflexifs fait une structure hiérarchique. Considéré comme un phénomène objectif, cette réorganisation des structures and des systèmes est communément connue comme développement.

Même si ces trois niveaux de l'organisation sont qualitativement différents en décrivant les aspects complémentaires du total, ils sont aussi mutuellement réfléchis. On peut réinterpréter les traits structuraux en termes de fonctionnement, et le fonctionnement d'un système peut aussi, en quelques respects, décrit en la langue structurelle. Par exemple, en la physique, les structures sont souvent considérées comme les invariants des groupes dynamiques, tandis que la coordonnée temporelle est traitée en même façon que les coordonnées spatiales ; la dynamique est ainsi représentée par la géométrie du espace-temps. En plus, l'ordre hiérarchique peut être introduit en la physique par des plusieurs quantités effectives (des potentiels moyens, des champs auto-cohérents, conditions asymptotiques etc.). Pourtant, tous ces modèles ne peuvent pas entièrement réduire les structures aux systèmes, ni systèmes aux structures, et, bien sûr, hiérarchies sont seulement représentées par constructions structurelles ou systématiques d'une façon très limité. En particulier, la coordonné temporelle ne représente pas le temps à tous les égards ; on a besoin de l'approche hiérarchique pour comprendre le temps historique comme différent de la seule dynamique de systèmes. L'étude de développement synthétise la description statique et description dynamique, en considérant le même chose comme une succession de ses phases de développement réfléchies en les niveaux de son hiérarchie.

On sait de la philosophie que toute chose définie a trois aspects complémentaires. Primairement, elle consiste de quelque chose, de ce qu'on appelle son matériau. Rien dans le monde ne peut exister sans aucun matériau, même si il peut parfois être une lourde tâche de dire de quel matériau il s'agit précisément. Mais le matériau ne caractérise pas complètement la chose. Le même matériau peut être utilisé pour faire beaucoup de choses différentes, et leur manière d'être différentes, c'est leur forme. En particulier, la silhouette visuelle d'une chose est une caractéristique de sa forme. Cependant, la considération séparée du matériau et la forme d'une chose nous dit rien de pourquoi ce particulier matériau doit prendre cette forme particulière. Ni le matériau, ni la forme n'implique la nécessité de la chose, sa place unique dans le monde. Il y a quelque chose dans chaque chose qui est responsable pour son être elle-même, son histoire de naissance, développement et anéantissement. Un philosophe l'appellerait le contenu, l'unité du matériau et de la forme.

La structure, le système et l'hiérarchie comme les niveaux de l'organisation tous se rapportent à la forme de la chose. Pourtant, on pourrait observer que la stabilité de la structure se relie à la composition matérielle de la chose, pendant que le contenu de la chose à rapport à son développement, donc à son hiérarchie.

La différence importante de l'approche hiérarchique de la considération seulement des structures ou systèmes hiérarchiques est en que l'existence des multiples niveaux est expliquée par le développement objectif, tandis que, dans l'approche structurelle ou systématique, on ne peut que la postuler, imposer du dehors. Dès que l'on accepte l'hiérarchie comme différente du système ou de la structure, des structures hiérarchiques sont facilement comprises comme les empreintes du développement de l'objet sur son organisation intérieur, et un système hiérarchique manifeste la dépendance de la fonctionnalité de l'objet de son histoire naturelle.


23:41 18.03.13 [Hiérarchies]